Amélioration permanente de la durabilité

DJP-De Hoop contribue à dessiner un avenir plus durable pour nous tous, un avenir dans lequel nos produits et nos processus ont un impact minimal sur les personnes et l'environnement. Dans les années à venir, nous nous engageons à réduire nos émissions de CO2 et à diminuer la consommation d'eau et d'énergie dans nos processus de production. De plus, nous sommes sur la voie de zéro flux résiduaires !

Matières premières 100 % circulaires

Les déchets de papier constituent la principale matière première de tous les papiers fabriqués par DJP-De Hoop. Et de ce fait, notre processus de production est 100 % circulaire. Nous transformons les déchets de papier en papier neuf pour l'industrie de l'emballage, dans de nombreuses formes et tailles. Et nous ne le faisons pas une ou deux fois, mais sept fois en moyenne. Cela correspond à la durée de vie moyenne d’une fibre de papier. DJP-De Hoop a mis au point sa propre recette, unique en son genre, qui consiste à utiliser 109 kilos de déchets de papier pour fabriquer 100 kilos de papier neuf. Grâce à l'innovation et aux nouvelles techniques, nous travaillons en permanence à réduire les matières premières nécessaires. De plus, notre entreprise est certifiée FSC®.

Certification FSC®

Les forêts saines sont importantes pour notre environnement et elles contribuent en outre pour une grande part à la lutte contre le changement climatique. Les forêts absorbent le CO2, purifient notre eau et sont une source de biodiversité. De plus, le bois est bien sûr la matière première la plus importante pour le papier. Chez DJP-De Hoop, nous estimons que nous devons utiliser cette ressource de façon responsable dans la chaîne de production. La certification FSC® de réutilisation dans la chaîne garantit que les produits vendus avec une mention FSC® sont issus de forêts bien gérées, de sources contrôlées, de matériaux récupérés ou d'un mélange de ces éléments. La certification FSC®-Chain of Custody (CoC) favorise ainsi tout au long de la chaîne de production un flux transparent de biens fabriqués à partir de ces matériaux. DJP-De Hoop est certifié FSC®.

Gestion durable de l'eau

Il faut beaucoup d'eau pour fabriquer du papier. Heureusement, la majeure partie de l'eau utilisée par DJP-De Hoop provient de cours d'eau secondaires. Il s'agit d’une part de l'eau de traitement de notre propre usine, que nous pouvons réutiliser à l'infini. Et d’autre part, nous récupérons nos eaux résiduelles purifiées auprès de la société de purification d'eau Industriewater Eerbeek. Cela limite notre consommation d'eau douce à environ 3,5 m3 par tonne de papier produite. Dans les années à venir, nous avons l'intention de réduire davantage notre consommation, par exemple en utilisant de nouvelles technologies et en développant davantage notre recette de papier.

L'épuration industrielle Eerbeek renvoie l'eau de process épurée à DJP-De Hoop.

Vers zéro flux résiduaires

DJP-De Hoop fabrique du papier à partir de matières premières 100 % circulaires. Néanmoins, notre processus de production produit également des flux résiduaires. Pensez aux emballages en plastique ou en métal entre les déchets de papier. Nous voulons minimiser ces flux résiduaires autant que possible : visons zéro flux résiduaires !

Biogaz

L'eau résiduelle est l'un des flux résiduaires les plus importants de notre processus de production. En collaboration avec Industriewater Eerbeek, nous avons trouvé une solution spéciale pour la charge polluante (DCO) de cette eau : l'épuration aérobique. Ce traitement génère du biogaz vert pour notre usine. Le biogaz est traité dans notre propre centrale électrique, où il remplace à parts égales le gaz naturel, combustible fossile. DJP-De Hoop veut accroître la part du biogaz dans les années à venir.

Du plastique aux pellets énergétiques

Des joints aux sacs en plastique dans lesquels les déchets de papier sont collectés : une quantité considérable de plastique est encore dégagée lors du traitement des déchets de papier. Nous trions ce plastique et nous le pressons pour en faire des « pellets énergétiques ». Ces pellets sont utilisés comme source d'énergie dans l'industrie de la transformation, par exemple pour remplacer le charbon et le lignite. Les entreprises qui utilisent nos pellets énergétiques sont même autorisées à compenser partiellement leurs émissions de CO2 avec nos pellets.

Nos flux résiduaires, vos matières premières

En moyenne, une fibre de papier peut être utilisée environ sept fois pour fabriquer du papier. Ensuite, son cycle de vie pour la production de papier prend fin. Les fibres qui restent constituent l'un de nos plus grands flux résiduaires. Mais nous avons également trouvé une solution pour y remédier. Ces fibres sont achetées par des fabricants de plaques de plâtre. En mélangeant le plâtre avec ces fibres, les plaques de plâtre gagnent en résistance. Chaque année, nous fournissons environ 4.000 tonnes de ce matériau fibreux.

Énergie en gestion propre

DJP-De Hoop dispose de sa propre centrale électrique. Nous l'utilisons pour générer la vapeur et l'électricité nécessaires à notre processus de production. Grâce à cette centrale, nous ne dépendons pas de fournisseurs externes et nous pouvons utiliser notre énergie de manière très efficace. Lorsque nous produisons (temporairement) plus d'énergie que nécessaire, nous la réinjectons dans le réseau.

Nature et environnement

Depuis la fondation de l’usine de papier en 1657, DJP-De Hoop entretient un lien étroit avec la nature. Nous sommes situés au bord de la Veluwe et les éléments naturels tels que l'eau douce, le bois et les différences de hauteur (production d'énergie par une roue à aubes) nous ont permis d'exister. Aujourd’hui, nous sommes toujours en relation étroite avec la nature. Notre site jouxte le domaine Natura 2000 et nous respectons les réglementations environnementales strictes. L'utilisation d'eau douce a été réduite à une fraction (environ 3,5 m³/tonne) de la consommation totale. Industriewater Eerbeek nous retourne les eaux de traitement purifiées que nous avons utilisées. Industriewater Eerbeek fournit également une quantité croissante de biogaz vert qui est extrait de la charge polluante (DCO) de nos eaux de traitement. L'environnement nous permet d’avoir un impact de plus en plus positif sur la nature.